ARISTOPHIL : Conservation

La société Aristophil affermit sa participation à la préservation et la promotion des écrits et son appui à l’Institut des Lettres et Manuscrits ainsi qu'aux Musées des Lettres et Manuscrits (MLM) de la métropole parisienne et de la capitale belge, à travers l'élaboration de divers évènements comme des expositions ou des journées grand public. Les évènements organisés par Aristophil ont notamment offert aux connaisseurs et aux non-initiés l'occasion de découvrir les manuscrits de la « Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 » au sein du Musée des Lettres et Manuscrits de Paris (VIIe). L'entreprise a en effet planifié des portes ouvertes le 14 juillet 2013, dans le cadre des commémorations républicaines et des 300 ans du document. En vue de transmettre sa passion aux passionnés et aux non-initiés, ARISTOPHIL fait connaître son trésor auprès d’une population toujours plus importante. Par ailleurs, la société conçoit divers évènements tels que des expositions ou des portes ouvertes pour valoriser les œuvres de ses clients et développer sa branche.

Une promesse de vente de 8 pourcent en moyenne


En plus de la plénitude intellectuelle ressentie en s'impliquant dans la valorisation et la diffusion de l’héritage documentaire, les écrits des coffres d’Aristophil permettent également de bénéficier des prérogatives fiscales palpables accordées aux œuvres d’art. En optant pour des affaires au sein du monde culturel, les investisseurs privés ont aussi l'occasion de profiter des prérogatives fiscales propres à ce marché. En effet, dans le calcul de l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune), les genres de biens offerts par Aristophil ne sont pas considérés. Les genres d'articles proposés par Aristophil s'avèrent catalogués comme des biens artistiques et obtiennent une exonération entière au bout de 22 ans de détention (autrement dit, la déduction d'împôt est de 100%). Par ailleurs, au bout de la deuxième année d’achat, leurs propriétaires obtiennent un abattement de 5 % par année.

Aristophil




Inspiré par une une passion inconditionnelle et un esprit philanthropique


À titre de conseiller en gestion de patrimoine spécialisé dans les objets d’art et de collection, un marché porteur qui n'est plus le seul apanage des collectionneurs atitrés, Gérard Lhéritier met à profit son savoir-faire à travers la création du concept d'Aristophil. Aristophil développe une forme de placement dans le marché culturel pour les amateurs d’art, les connaisseurs et les néophytes. Ce jeune secteur ambitieux permet de plus la mise en place d'un modèle économique atypique intéressant pour le simple particulier. Depuis son existence, Aristophil se dresse en tant qu'un important acteur économique et culturel. Les investisseurs encouragent la sauvegarde et la transmission de la richesse culturelle mondiale réalisée et rassemblée par Aristophil.

Incontournable dans l'univers de l’art lié aux pièces anciennes


Aristophil compte de nombreuses sociétés et associations de professionnels et partenaires, dont Distriart, Art Courtage, Finestim, parmi les divers partenaires participant à promouvoir la culture et la solution financière novatrice qu'il offre. Travaillant en collaboration rapprochée avec Aristophil depuis au moins une dizaine d'années, Finestim distribue les conventions de la société dans différents pays, en France et en Suisse plus précisément. Riche de plusieurs milliers de membres, ce réseau possède des interlocuteurs privilégiés pour ses investissements. Le Carré Rive Gauche réunit les antiquaires et les galeristes du VIIème arrondissement de Paris. L’association participe également à la promotion des pièces antiques et du patrimoine en collaboration avec Aristophil à travers l’Institut des Lettres et Manuscrits.

ARISTOPHIL : Remarquables et uniques


Les textes et principalement les courriers anciens gardés dans la remarquable collection d’Aristophil permettent également de recomposer l’atmosphère d'une période historique particulière. Le PDG fondateur de la société a vécu cette expérience particulière grâce à sa première acquisition, une lettre datée de 1870. Les coffres d'Aristophil sont agencés en diverses catégories thématiques. L'entreprise donne une place unique aux courriers anciens dans ce classement, en raison de leur poids décisif pour sa création. La sous-catégorie de la collection d’Aristophil destinée au Titanic réunit des correspondances, des photos, des télégrammes et des coupures de presse avant et après la tragédie. Ces documents immortalisent la détérioration des réactions, passant de la désinvolture à la stupeur jusqu’aux accusations sur http://www.aristophil.com/.